Jeanne SUSPLUGAS

Jeanne Susplugas - courtesy Galerie Magda Danysz - Les Bains - photo  Stephane Bisseuil (1)

Née à Montpellier en 1974.
Vit à Paris, France.
Engagée mais non militante, la démarche de Jeanne Susplugas s’en prend à toutes les formes et toutes les stratégies d’enfermement tant pour interroger les relations de l’individu avec lui-même qu’avec l’autre. Les médiums qu’elle explore sont autant de vecteurs instruisant les termes d’une esthétique singulière que détermine un être au monde obsessionnel, tour à tour troublé et rassuré, inquiet et serein, solitaire et complice.
Son travail a été largement montré dans des lieux tels le KW à Berlin, la Villa Médicis à Rome, le Palazzo delle Papesse à Sienne, le Palais de Tokyo à Paris, le Fresnoy National Studio, le Musée d’Art Moderne de St Étienne, le Musée de Grenoble, ainsi qu’à l’occasion d’évènements tels Dublin-Cotnemporary, la Biennale d’Alexandrie et de Shanghai ou Nuit Blanche à Paris.
Ses films ont été présentés lors de festival tels Hors Pistes (Centre Pompidou, Paris), Locarno International Festival, Miami International Festival, Les Instants Vidéos à Marseille ou Les Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid.
Des articles lui ont été consacrés dans des revues et quotidiens tels Art Press, Art in America, New York Times, Le Monde, Le Figaro, Flash Art, L’œil, Beaux-Arts Magazine, BT, Corona Boreal

EXPOSITION CLÉS:

  • 2013 – Le Lait-Art Center, Albi, France
  • 2013 – Sous influences, La maison rouge-Fondation Antoine de Galbert, Paris, France
  • 2012 – Festival Images, Vevey, Suisse
  • 2011 – Le beau est toujours bizarre, FRAC Haute-Normandie, France
  • 2009 – Omega, Margaret Lawrence gallery, Melbourne, Australie
  • 2009 – Variation & revision, Marymount Manhattan College Hewitt Gallery, New York, USA
  • 2009 – Home, Maison des Arts, Malakoff, France
  • 2009 – Constellation, pré-ouverture du Centre Pompidou-Metz , France
  • 2009 – Mobile archive, Art in General, New York, USA
  • 2007 – Side effects, Wyspa Institut of Art, Gdansk, Pologne
  • 2007 – Expiry date, Centre d’art contemporain Passages, Troyes, France
  • 2003 – Dependence, MOCCA (Museum of Contemporary Canadian Art), Toronto, Canada
  • 2003 – Hypocondriaque, Mizuma Art Gallery, Tokyo, Japon

LEGZ

LEGZ - courtesy Galerie MagdaDanysz - credit photo Stephane Bisseuil (9)

Né à Paris en 1974.
Vit et travaille en banlieue parisienne.

Legz “The Spaghettist” est issu de la scène graffiti parisienne de la fin des années 80. Mimant ses aînés, il explore les différentes facettes du writing avec une prédilection pour les terrains vagues, les autoroutes et les voies ferrées d’Ile de France. Dans un style académique inspiré de la scène New-Yorkaise des années 70-80, il multiplie lettrages et autres fresques colorées durant les années 90 et 2000. Parallèlement à cela, il expérimente dès 1993 un style très personnel, tout en courbes, que ses amis surnomment le “style spaghetti”. Un style qu’il peint exclusivement en chrome et noir, seul, dans des lieux abandonnés, vierges de tout graffiti. Pionnier d’une discipline qui mêle exploration urbaine et peinture, Legz est le témoin privilégié des mutations urbaines de son environnement. Offrant aux ruines qu’il visite un dernier cycle de vie, il s’attache à révéler les traces d’un passé à l’agonie en intégrant à sa peinture les ambiances et les matières que le temps a laissées derrière lui. Il développe ainsi une pratique nostalgique et poétique qui révèle l’aspect éphémère d’un paysage urbain systématiquement voué à la destruction.

 

ZeeR

Zeer - Les Bains - courtesy Galerie Magda Danysz - credit photo Stephane Bisseuil (12)

Né en 1976 dans les Yvelines.
Vit et travaille à Paris, France.

LeMoDuLeDeZeeR.
Autodidacte né en 1976 dans les Yvelines, Mehdi alias ZeeR travaille comme graphiste depuis 1997. Il fait tout d’abord ses armes dans les terrains vagues et les usines désaffectées des Hauts-de-Seine où les vestiges industriels marqueront / influenceront profondément son travail.
Au début dès années 2000, il met au point son « module », une matière graphique basée sur la composition d’un simple caractère, un motif faussement répétitif à partir duquel tout serait possible.
La signification de ZeeR devient Zone Expérimentale d’Expression Relative, un espace mental où évolue cette matière, le point de départ avant son évolution. Une fois assemblé, ce module recompose la lumière et donne à l’oeil de multiples interprétations.
On retrouve ce module dans les croix et les ronds qui envahissent ludiquement la ville dans un morpion géant, absurde et poétique.

EXPOSITIONS CLÉS :

  • 2013 I La Galerie du Jour AgnèsB – Project Room – « PUZZLE », Paris, France
  • 2012 I Le M.U.R « Peformance Live » – Le Mur XIII, Paris, France
  • 2012 I Salon_Le M.U.R de l’art – Espace des Blancs Manteaux, Paris, France
  • 2012 I Biennal Off de Belleville « la dernière Barricade» , Paris, France
  • 2012 I Le M.U.R « Peformance Live » – Le Mur d’oberkampf, Paris, France
  • 2011 I Pictoplasma à la Gaîté lyrique «introducing StartGameOver» Galerie GZ, Paris, France
  • 2011 I Salon du dessin Contemporain Drawing Now – La Suite, Paris, France
  • 2011 I Salon du dessin Contemporain Drawing Now – Carrousel du Louvre, Paris, France
  • 2006 I Exposition ZERO – La galerie du Café Cherie, Paris, France

KATRE

KATRE - courtesy Galerie Magda Danysz - Credit photo Stephane Bisseuil (3)

KATRE débute le graffiti à Paris en 1993 parallèlement à ses études d’arts plastiques.  Intrigué par les terrains vagues et les espaces à l’abandon, il consacre sa maîtrise d’art plastique en 2003 à la piscine Molitor à Paris. En 2005, il poursuit ses recherches en signant le livre « Hors du temps » (ed Colorszoo) regroupant une cinquantaine d’artistes urbains évoluant dans des lieux désaffectés.

Passionné par les terrains vagues et les espaces à l’abandon qu’il immortalise par ses clichés depuis plus de 10 ans, le livre de photographies « Hors du Temps » est le premier ouvrage présentant autant d’interventions d’artistes graffeurs dans des terrains vagues et friches industrielles.

Sa passion l’amène à arpenter les routes à la recherche de ces friches industrielles tout en continuant à peindre les murs parisiens. En 2012 il sort un deuxième livre : « Hors du temps 2 » (ed Pyramyd) qui s’annonce comme une nouvelle référence dans le milieu du street art français.

Les voyages et les rencontres lui permettent d’intégrer plusieurs collectifs et de participer régulièrement à des festivals à travers le monde (Chine, Chili, Australie, Espagne, Italie…).

Ses toiles sont représentatives de cet univers : impressions photos de lieux désaffectés et lettrages explosifs. Sa reconnaissance dans le milieu du graffiti lui offre l’occasion de participer à plusieurs expositions collectives et individuelles à partir du milieu des années 2000. Il y montre des compositions picturales explosives semblant embraser ses photographies de lieux abandonnés, qu’il imprime au préalable sur toile. Sa pratique d’atelier fait ainsi la jonction parfaite avec ses deux passions : l’exploration de lieux désaffectés et le graffiti.

EXPOSITIONS CLÉS :

  • 2013 I Les entrailles du palais, Palais de Tokyo, Paris
  • 2012 I Hors du temps 2, Galerie Openspace, Paris
  • 2012 I Terain Vague, Galerie Celal, Paris
  • 2011 I Centre culturel d’ Orly
  • 2010 I Graffiti art Summer Show, Galerie Celal, Paris
  • 2010 I Les griffes de la rue, Arteum, Paris
  • 2009 I Street Heart, Palais de Chaillot, Paris
  • 2008 I Hors du Temps, Vibration Urbaine, Pessac

Jean François JULIAN

JF-Julian_Bains-douches-resto-credit-Jerome-Coton-courtesy-galerie-Magda-Danysz-12

Né à Paris, France en 1969.
Vit et travaille à Paris, France

JF Julian quitte la France à 16 ans pour parcourir les États-Unis. A son retour, il intègre l’Université Américaine de Paris et la Parsons School of Design, où il obtient un diplôme en Arts Plastique et Photographie. Après la réalisation de reportage et de séries mode il explore à la fois l’univers du clip, de la pub et de l’art vidéo, il travail pour le magazine anglais The face,  GEDEON & BONNE PIOCHE. Puis il signe une trentaine de pubs et une cinquantaine de clips. S’étant récemment tourné vers le documentaire qu’il décrit comme le portrait filmé de sujets qui le fascinent Il poursuit un travail d’artiste en photo et vidéo, et expose notamment pour l’Espace culturel Louis Vuitton.

Ayant reçu une dizaine de prix pour ses films documentaire il travaille entre autres sur un portrait mêlant vidéo et photographie sur le mode du reportage ayant pour sujet le mannequin Kate Moss ainsi que sur une série de films pour le groupe LVMH sur la fabrication de la fondation Louis Vuitton avec Frank Gehry et Bernard Arnault. Son dernier projet en cours : un documentaire cinéma et un livre photo sur la vie underground d’un jeune groupe de rock français : LA FEMME.

EXPOSITIONS CLÉS :

  • 2011 I Mois OFF,  Paris, France
  • 2010 I Arles OFF, Arles, France
  • 2010 I Condorcet, Paris, France
  • 2007 I Espace Culturel Louis Vuitton, Paris, France

Joachim SAUTER

Joachim Sauter- Les Bains

Né en 1959.
Vit et travail à Berlin.

Joachim Sauter est un artiste designer travaillant principalement sur les nouveaux média. Après des études d’art appliqué à l’Université de Berlin, il s’initie à la réalisation à l’Académie Allemande de Film et Télévision. Depuis le début il concentre son travail sur les technologies digitales et les expérimentations cherchant un moyen d’exprimer un contenu, une forme, une narration.
Joachim Sauter utilise le numérique à la fois comme un outil et comme un medium depuis la première phase de son travail. Pionnier dans ce domaine digital appliqué à l’art, il développe une forme personnelle depuis les années 1980. Explorant sans cesse les possibilités des nouveaux média Joachim Sauter crée en 1988 en collaboration avec plusieurs autres artistes, designers, scientifiques et techniciens le studio ART+COM. L’objectif de ce groupe multidisciplinaire est d’analyser et prospecter sur les limites des nouveaux média dans le domaine de l’art et du design.  Leur travail met très fortement en relief la traduction des informations dans l’espace physique, offrant une expérience plus communautaire.
Ses œuvres singulières occupent pleinement l’espace en jouant de la lumière sur des matériaux conducteurs. Les lignes se cassent, se courbes, pour obtenir des effets de miroir et de projection très souvent injectés par la vidéo. Un mélange savant de matières et d’interventions digitales qui s’approprie une surface sans concession.

EXPOSITIONS CLÉS:

  • 2011 I Matter-Light, Borusan Center for Culture and Arts, Istanbul, Turquie
  • 2010 I Moving Space, Kunsten Museum of Modern Art, Aalborg, Danemark
  • 2006 I Biennale de Shanghai, Chine
  • 2005 I Berlin Flags, Getty Center, Los Angeles ,USA
  • 1992 I Manifeste, Centre Pompidou, Paris, France

WXYZ

WxyzBains-douches-credit-Jerome-Coton-courtesy-galerie-Magda-Danysz-2

Né à Paris.
Vit et travaille à Paris.

Membre du collectif 1984, les recherches de l’artiste WXYZ sont axées sur la Lettre et sa déstructuration. Le terrain de jeu que constitue pour lui l’alphabet l’entraîne vers la calligraphie hybride et lui permet d’inventer son écriture propre.

WXYZ a participé au projet Mausolée auprès d’autres membres de son collectif ayant la Lettre comme thème de prédilection: LEK, SOWAT, APOTRE, WXYZ, SMO, FLEO, SPE.

WXYZ grandit dans l’Est parisien. Accompagné dès son plus jeune âge dans les musées, il en arrive à ne plus percevoir de frontière entre ambiances muséales et paysage urbain. Les tourniquets du métro sont pour lui semblables à ceux des centres d’art et les interventions picturales sauvages se mélangent aux toiles de maîtres. Dans son enfance, les moments passés au vert le plongent dans une profonde nostalgie du gris de la ville. Le retour sur la capitale est un moment intense. Dans son imaginaire d’enfant, les lettres des enseignes sont des ornements destinés uniquement à embellir l’espace urbain. L’apprentissage de l’écriture lui permet de décrypter ses devantures de magasins. L’écriture se révèle un outil concret et commercial et non un domaine de l’art. La déception est pour lui immense, elle détermine son intérêt futur pour le graffiti, seul capable de produire des lettres généreuses.

WXYZ s’attache alors à recouvrer l’analphabétisme de son enfance. Il déforme, découpe et crypte les quatre dernières lettres de l’alphabet dont il a fait son pseudonyme, jusqu’à l’illisible pour retrouver l’âge d’or au cour duquel il ne lisait rien, s’engageant dans un style calligraphique déconstruit et ouvert.

EXPOSITIONS CLÉS :

  • 2012 I Lek, Sowat & Dem189, Palais de Tokyo, Paris France
  • 2011 I Trains of Fame, Galerie Oberkampf, Paris, France
  • 2009 I Mausolée de Lek et Sowat, Paris, France
Haut de la page